IA Afrique Chine Us

IA en Afrique : la Chine et les US en compétition pour la domination

La Chine et les États-Unis sont en compétition pour dominer le marché de l’intelligence artificielle (IA) en Afrique. L’IA a un potentiel énorme pour transformer divers secteurs en Afrique, notamment la santé, l’agriculture et l’éducation. Mais pour que cela se produise, des investissements importants sont nécessaires dans les infrastructures informatiques.

Le rôle des États-Unis et de la Chine

Les États-Unis et la Chine peuvent jouer un rôle crucial en investissant en Afrique. En faisant cela, ils peuvent obtenir des données précieuses qu’ils peuvent utiliser pour créer des services et des systèmes qui seront revendus aux pays africains. C’est une situation gagnant-gagnant pour ces superpuissances de l’IA et pour l’Afrique.

L’IA en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est un pays qui développe rapidement l’IA. Ils ont déjà créé l’Institut d’intelligence artificielle d’Afrique du Sud (AIISA) et ont mis en place des « hubs » dans les universités à travers le pays. Ces hubs sont conçus pour aider les industries et les secteurs du pays à bénéficier de l’IA.

Les partenariats mondiaux de l’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud a des partenariats avec des pays majeurs comme les États-Unis et la Chine. Ces pays voient l’Afrique du Sud comme une porte d’entrée vers l’Afrique et vers l’agenda des pays en développement. L’IA peut aider à lutter contre le chômage, les inégalités et la pauvreté en Afrique du Sud.

Cet article pourrait vous intéresser :   Comment les Cryptos IA transforme les technologies financières

Intérêt de la Chine et des États-Unis pour l’IA en Afrique

Les États-Unis ont déjà investi dans l’IA en Afrique. Google a ouvert son premier laboratoire d’IA au Ghana, et IBM a des installations de recherche au Kenya et en Afrique du Sud. La Chine investit également en Afrique depuis plus d’une décennie, en particulier dans l’infrastructure et la connectivité Internet du continent.

La concurrence entre les États-Unis et la Chine

Il y a une concurrence entre les États-Unis et la Chine dans le domaine de l’IA. Cependant, la Chine est disposée à coopérer avec toutes les parties, y compris l’Afrique et les États-Unis, pour garantir que l’IA se développe toujours dans le sens de la civilisation humaine et du progrès. Les dirigeants chinois et américains ont convenu de promouvoir la coopération dans le domaine de l’IA.

La valeur des entreprises américaines

Les entreprises américaines ont une valeur de marque incomparable. Elles se concentrent sur la croissance mutuelle, la création d’emplois locaux et la prospérité partagée. C’est ce qui distingue les entreprises technologiques américaines de leurs concurrents internationaux.

La position des chercheurs

Les chercheurs sont plus pessimistes quant à l’implication des États-Unis et de la Chine en Afrique. Ils pensent qu’il est difficile de dire dans quelle mesure ces pays sont intéressés à travailler spécifiquement avec les pays africains pour faire progresser l’innovation en matière d’IA. Les chercheurs américains et chinois collaborent souvent dans la recherche universitaire sur l’IA, mais ces pays rivalisent pour devenir leaders dans la « course à l’IA ».

Le rapport AI Index

Selon le rapport AI Index récemment publié par l’Institut pour l’intelligence artificielle centrée sur l’humain de l’Université de Stanford, les États-Unis étaient la principale source de programmes informatiques connus sous le nom de modèles d’IA l’année dernière. Cependant, la Chine est en tête à l’échelle mondiale en termes de brevets sur l’IA.

Cet article pourrait vous intéresser :   Comment les voitures autonomes gèrent-elles le dilemme éthique en cas d'accident ?

Auteur / autrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GoHighLevel

Clarkup

Snapvid AI

Systeme IO

Tugan AI

meydeey 2024

Medhi EL OUARDOUNI

Cet article a été rédigé par Medhi EL OUARDOUNI alias Meydeey, spécialiste en automatisation avec l’intelligence artificielle (IA) et ingénieur système.

Partager cet article :

Twitter
LinkedIn
Facebook
Email
Imprimer